Un site utilisant WordPress.com

Nouveau


Image1

Publicités

je vous aime adieu


je vous aime adieu

ne m’en voulais pas

je vous aime beaucoup 

mais je peux continuer comme ça

a me détruire intérieurement

ni même  a rester  la

a écouter mes espoir ce briser

au fond de moi

je vous aimerai toujours

car une partie de moi  et en vous

mais pour  mon bonheur 

ma route  avec vous s’arrête

doucement j’ai fermer tous les portes,

qui me relier a vous 

elles ont étaient trop longtemps ouverte

en espérant du fond du cœur

que vous les franchiserai 

je continue mon voyage  seul

je vous aime adieu 

pâquerette


pâquerette ,pâquerette

c’est a pâque quelle est la plus nombreuse

on dit aussi que tu est l’âme des insectes

mort durant hiver

pâquerette , pâquerette

tu appelle le printemps  on te dit frêle, fragile

pourtant  tout les ans  tu reviens

fidele ,et belle

on fais de toi des colliers de fleur 

et si les tulipe ne te volé pas la vedette

tu serai reine 

pâquerette ,pâquerette

ne sois pas triste ouvre tes pétales

et montre nous ton cœur de soleil

paquerette

juste pour le dire


un sourire


Un sourire

Un sourire contre toute attente

Un sourire comme seul armure

Un sourire pour seul arme

Combien de personnes ne savent pas lire les sourires

Comprendre cette défense

Qui en déstabilise tant

Sourie quant sa fais mal

Sourie quand tu vas bien

Sourie encore quand tu na plus espoirs

Sourie pour ne pas pleurer ou crier

C’est bien plus joli aussi

Tu passeras pour une fille heureuse

Alors va y sourie

b09ebefe

juste un petit message


 

ne revient pas  dans ma vie

 

et oublie pas la vengeance est un plat qui ce mange froid

un peu


Parce qu’il y a toujours un peu de vérité derrière les "je rigole",

un peu de curiosité derrière les "je demandais juste",

un peu de savoir derrière les "je sais pas",

un peu de mensonge derrière les "je m’en fous",

un peu de souffrance derrière les "C’est pas grave" .

428754bb

recette spécial


Recette du bonheur

Certain la connaisse d’autre pas…
Alors voici la recette pour ceux qui ne la savent pas:

"Dans le grand plat du bonheur,
Versez tout d’abord de la joie de vivre à ras bord,
Mélangez avec un concentré d’amitié,
Prenez deux bonnes tranches de rigolade,
Que vous sou poudrez de fous rires,
Nappez de beaucoup d’amour tendre et sucré,
Pimentez de quelques graines de folies,
Servez avec une pêche d’enfer et faites durer longtemps!

A consommer sans  Modération

bonheur

Je te dois un secret


Je te dois un secret

Si tu vas vers la vie sans ressentir les autres
Sans relever la tête sans rejoindre un regard,
Si ta marche en avant te conduit en aveugle
A dessiner sans cesse le cercle des prisons,

Si tu souffres d’un mal implanté dans ton cœur
Qui fait pleurer tes nuits et se noyer tes jours,
Si tu renies l’étreinte sans t’acharner encore
A cherché dans l’amour ce que ton être attend,

Si tu perds la notion de tout ce qui est toi
Avec un trou béant pour unique mémoire,
Fais un petit effort pour me tendre la main
Pour reconnaître en moi quelqu’un qui te ressemble.
Si tu sombres sans fin au fil du temps qui passe
Dans le fond d’une eau glauque ou se vide ton sang,
Si dans le noir épais de ta folie rongeuse
Chaque miroir reflète le masque de ta peur,

Fantôme de la vie ignoré du bonheur
Si tu te vois mourir évite de crier…
Car j’aurai le courage de survivre pour toi
Si je sens la confiance chasser ton désespoir.
Je te dois un secret j’ai vécu ton angoisse,
Ton mal je le connais, tu sais, je te ressemble.
Et s’il n’est pas trop tard
Nous essayerons ensemble
d’inventer un soleil
Qui nous fera l’amour….

Il parait que


Il parait que le temps fane un à un les pétales des roses

Que la poussière au fil du temps, inévitablement se pose

Sur les pages écrites par les amoureux

Il parait que le temps creuse des rides sur les visages

Laisse des sillons, des traces fugaces sur son passage

Et la douceur de la peau aimée sous le poids du passé

Peu à peu se met a perdre tout le grain de sa beauté.

Il parait que le temps use les clichés des amours jaunis

Et les regards que l’on croyait éternels sur papier défraîchi

Se perdent dans le livre de la mémoire qui s’enfuit

Sous les années qui peu à peu voûte notre dos meurtri.

Il parait que le temps calme la passion, arrondit les angles

Qu’il emprisonne les sentiments, qu’il les sangle

Dans les profondeurs du cœur noirci par la routine

Qui, d’années en années, met l’amour en sourdine.

Il parait que le temps fane un a un les pétales des roses

Que la poussière, au fil du temps, inévitablement se pose

Sur les «  je t’aime » sur les mots dits, écrits au long de ma vie

Je t’aime tellement je ne veux pas vivre et attendre que le temps nous rattrape

Je ne veux pas oublier qu’un jour tu ma aimer

Je ne veux pas passer a coté de tous ce que t’à a me donner

Je veux pas passer le reste de ma vie à te pleurer

Alors j’ai décidé de t’aimer

moi


moi

Qui suis si insignifiante

Je me demande bien des fois

Pourquoi suis-je si transparente

Les autres me côtois sans me voir

Me parlent sans m’écouter

Je me vois comme dans un miroir

Seule et personne à qui parler

Ma seule fenêtre sur la vie

Mon ordinateur et les jeux sur sites

Juste un clic sur ma souris

Et mon pseudo fait que j’existe

Toujours prête à aider mes amies

Je donne de mon temps sans compter

Mais une fois ce service fini

On m’a bien vite oublié

Toujours souriante et aimable

Bien des choses m’étonnent

Mais la réponse est improbable

Ma messagerie instantanée

Les poèmes que j’écris

Sont ma seule façon de parler

Ma seul façon de dire  comment je voie la vie

Sans que l’ont juge ma vie

Merci aux inconnus qui m’écrivent

Sur cette belle toile qu’est le net

Par eux excite  par eux je vie

merci